PHILIPPE HENRY

 

 

philipcello

 

    
    Né en banlieue parisienne en 1961, Philippe Henry rencontre le violoncelle à l’âge de quatorze ans, dans un contexte rendu particulièrement favorable grâce au développement de l’enseignement musical et à la présence de professeurs de haut niveau issus pour la plupart des grands orchestres et du conservatoire de Paris.
    Elève du lycée du Raincy, il obtient et 1978 le 2e prix du Concours Général de Musique, puis en 1979 le baccalauréat littéraire et musical.
    Il poursuit ses études musicales au conservatoire national de Bobigny dans la classe de Claude Burgos, obtenant de 1983 à 1985 trois premiers prix de violoncelle et de musique de chambre.
    Sa formation inclut le solfège spécialisé, l’harmonie et le contrepoint, l’analyse, le chant, le piano, la direction d’orchestre et de chœurs.
    Spécialiste de la musique de chambre, Philippe Henry s’est produit dans diverses formations : sonates avec piano, duo avec guitare, duo avec accordéon, trio classique, trio et quatuor à cordes, orchestre de chambre et symphonique. Il interprète en soliste des concertos de Haydn et Vivaldi.
    Installé à Montpellier depuis 1990, il y rencontre le spectacle vivant et participe à de nombreuses créations pour la danse contemporaine (compagnies Yann Lheureux, O Bal, Florence Saul), le cinéma muet (Roberto Tricarri, Bernard Ariu), la chanson française (boris et les quincaillers, révélation Télérama 2003).
    Il crée en 2005 la « compagnie Philippe Henry » qui produit des spectacles associant la musique de chambre, la poésie, le conte, l’improvisation et la mise en scène :
. « les voies de l’Amour », poèmes de Rûmi et Kabir,  mise en scène : Jocelyne    Fontyne, création musicale : Philippe Henry, textes dits et chantés par Corinne Henry
. « duo Mosaïques », création world music et concerts d’improvisations, accordéon : Bernard Ariu, violoncelle : Philippe Henry
.« Les sonneurs d’histoires »,   contes celtes, roumains, chinois, dits par Yves Martin, accompagné au violoncelle
. « Elegia eterna », mélodies espagnoles et sud-américaines, avec Corinne Henry, soprano, Catherinne Garonne, piano, et Philippe Henry, violoncelle.
    Philippe Henry a participé aux albums : « aquarelles » (Stéphane Delicq, accordéon diatonique), « comète » (boris et les quincaillers, chanson française), « asymétries » (Thomas Gauthier, chanson française)
    Le disque  « Bach, Degli Antonii, Gabrielli, pièces pour violoncelle seul », produit en 2009,  est le premier d’une série dédiée au violoncelle.
    Parallèlement à son activité artistique, Philippe Henry a souhaité partager sa capacité innée à percevoir et canaliser les énergies des corps subtils, dans le cadre de l’association et de manière bénévole. L’atelier d’harmonisation énergétique, créé en 1996, lui a permis d’accompagner de nombreuses personnes en demande soit d’une initiation pratique aux soins énergétiques, soit d’une aide ponctuelle pour un problème de santé, soit d’une découverte visant à mieux se connaître soi-même.